Espace adhérents
CIFL Comité interprofessionnel des fournisseurs du laboratoire

Etude régionale : Centre et Ile-de-France

Le 05 Octobre 2020

Etude régionale : Centre et Ile-de-France

Ile-de-France et Centre-Val de Loire : deux régions moteurs pour le marché des fournitures de laboratoire

Le Comité Interprofessionnel des Fournisseurs du Laboratoire (CIFL) pilote depuis 2015 des études au niveau des régions, avec pour objectifs de caractériser les dynamiques territoriales, mieux comprendre les besoins et estimer le potentiel de marché des fournitures de laboratoire, tant en recherche et développement qu’en contrôle qualité.

Le cycle d’études, confié au cabinet de conseil en innovation et stratégie ALCIMED, se conclut en 2020 avec l’analyse des régions Île-de-France et Centre-Val de Loire. Celles-ci présentent des identités régionales fortes, qui se traduisent au niveau des dépenses en fournitures de laboratoire.

Une forte orientation vers la recherche et développement en Île-de-France

Le marché des fournitures de laboratoire en Île-de-France représente 536 millions d’euros, soit plus de 25% du marché national, dominé par le segment historique de la recherche académique qui pèse 233 millions d’euros. Les entreprises du segment pharma et biotechnologies associées contribuent également à la dynamique régionale. Les dépenses en fournitures de laboratoire sont au global orientées à 79% vers la recherche et développement, soit une part légèrement plus importante que la moyenne nationale.

Dans cette dynamique, la structuration du cluster de Paris Saclay est un projet majeur au service du développement des entreprises et des établissements de recherche pour l’innovation. Certains acteurs de taille ont d’ores et déjà entamé leur déménagement, comme Servier, qui y regroupera à horizon 2021 près de 700 salariés des sites de Suresnes, Croissy et partiellement Orléans.

Le territoire entend poursuivre son leadership sur le plan de la recherche et de la santé. En effet la région Île-de-France oriente notamment sa stratégie de spécialisation (S3) vers la santé et les dispositifs médicaux. Elle soutient en particulier les projets autour des maladies infectieuses, la thérapie génique ou encore la biologie digitale, dans le cadre de ses domaines d’intérêt majeur (DIM).

Le Centre-Val de Loire : une région portée par la production

Les fournitures de laboratoire représentent une opportunité de marché de 113 millions d’euros en région Centre-Val de Loire. Le marché est principalement tiré par le segment pharma et biotechnologies associées ainsi que le segment cosmétique, qui dépensent respectivement 40 et 33 millions d’euros en fournitures de laboratoires. Région d’implantation de sites industriels majeurs de production, le contrôle qualité représente 43% des dépenses de fournitures, une proportion plus élevée que la moyenne nationale.

Sur le terrain, la cosmétique, segment historique de la région Centre-Val de Loire, bénéficie depuis 2013 de l’implantation du centre Helios, plus grand site européen de recherche et développement dédié à la cosmétique, porté par le groupe LVMH. Sur le plan de la production et du contrôle qualité, la construction du Cosmetic Park constitue également une nouvelle opportunité de marché pour les fournisseurs du laboratoire à horizon 2022.

La fermeture de plusieurs sites du sucrier Cristal Union en 2020, dont celui de Toury, ternit néanmoins légèrement cette dynamique positive.

Ces forces régionales sont soutenues par des plans régionaux structurants. Le Centre-Val de Loire positionne en effet les biotechnologies pour la santé et la cosmétique, ainsi que l’ingénierie environnementale, au cœur de sa feuille de route en recherche-développement et innovation.

Les perspectives d’évolution sur fond de crise sanitaire

Ces constats s’inscrivent toutefois dans un contexte particulièrement incertain du fait de la crise sanitaire du Covid-19. Certains impacts de cette crise sont d’ores et déjà observés sur le terrain, avec l’émergence de projets ponctuels en sérologie et virologie et des suspensions ou réorientations temporaires des budgets de fournitures. Certains acteurs régionaux soulignent l’importance de « garder une bonne relation client avec nos fournisseurs, surtout en temps de crise ».

Bien qu’une stagnation des budgets de fournitures de laboratoire serait à anticiper à court terme dans ces régions, l’Île-de-France et le Centre-Val de Loire pourraient compter sur les plans de relance prévus et le dynamisme des forces industrielles régionales. La filière cosmétique se montre particulièrement proactive, avec la tenue d’Etats Généraux de la Cosmétique en octobre 2020 au Carrousel du Louvre, sous l’impulsion du pôle de compétitivité Cosmetic Valley. L’ambition de ces Etats Généraux sera de faire émerger des pistes de développement économique et d’innovation pour la filière, synonymes de nouvelles opportunités de marché pour les fournisseurs du laboratoire.